Coûts des rénovations énergétiques des bâtiments (CEPIC)

Le coût de la rénovation énergétique du parc immobilier du canton de Genève

Cepic front page3Grâce à l’actuelle réglementation genevoise sur l’énergie, le canton s’est donné comme objectif la « société à 2000W » et les nouvelles constructions de bâtiments répondent à des exigences de haute qualité énergétique. Mais la réglementation sur la rénovation des bâtiments existants est lacunaire et pas assez incitative et les outils actuels ne paraissent pas en mesure de stimuler suffisamment leur assainissement. Le taux de rénovation à Genève est le plus bas du pays. L’obstacle principal pour engager une rénovation énergétique semble être le coût. Or la lutte contre le réchauffement climatique exige la rénovation énergétique de l’ensemble du parc immobilier genevois. La présente étude estime le coût global de la rénovation de l’ensemble du parc immobilier existant dans le canton de Genève. Elle veut fournir ainsi une base pour le développement d’un cadre réglementaire ou incitatif plus efficace.

Sur la base des données disponibles sur le parc immobilier auprès du SITG et du ScanE [1] nous avons créé un inventaire, pour le canton de Genève, de l’ensemble des parties de bâtiments susceptibles d’être concernées par une rénovation énergétique (fenêtres, toitures, façades, etc.). Un groupe d’experts a estimé, sur la base de leur expérience professionnelle, le coût unitaire des rénovations énergétiques de ces parties de bâtiments. La combinaison de ces données permet de calculer le coût global des rénovations énergétiques. Nous avons calculé quatre variantes qui se distinguent par le degré de contraintes sur le plan énergétique et la protection du patrimoine. Une cinquième variante sans amélioration énergétique sert de référence. Les coûts ont été calculés aux prix d’aujourd’hui, avec la technologie d’aujourd’hui et sous l’hypothèse d’une rénovation énergétique effectuée dans le cadre d’une rénovation générale des immeubles.

La recherche a été réalisée par des collaborateurs scientifiques de Noé21, épaulés par deux architectes spécialisés dans l’estimation de la valeur immobilière et des rénovations énergétiques. Un groupe d’experts externes provenant de la haute école spécialisée, des métiers du bâtiment et des professionnels de l’immobilier ont accompagné l’étude pendant toute sa durée. L’étude montre la nécessité de développer un cadre réglementaire plus efficace pour accélérer les rénovations thermiques.

[1] SITG: Système d’Information du Territoire Genevois, ScanE: Service cantonal de l’énergie